Publication : jeudi 4 juillet 2019 14:13

La licence d’entrepreneur de spectacle vivant a été un moyen de structurer le secteur du spectacle vivant depuis 1945. Franck Riester a présenté, en conseil des ministres du 3 juillet 2019, l'ordonnance mettant en place un régime simplifié de déclaration préalable d’activité qui se substitue au système actuel d’autorisation administrative.

L'article 63 de la loi du 10 août 2018 pour un État au service d'une société de confiance a habilité le gouvernement à simplifier par ordonnance l'activité d'entrepreneur de spectacle vivant et, plus précisément, la licence d'entrepreneur de spectacle, qui concerne aussi les collectivités, directement ou par le biais de leurs établissements et/ou des spectacles qu'elles subventionnent. Un maire, dont la commune est propriétaire d'une salle polyvalente qu'elle se contente de louer (plus de six fois par an) à une ou plusieurs associations culturelles en vue de la diffusion de spectacles vivants, est ainsi supposé être titulaire de cette licence...

Franck Riester, ministre de la Culture, a présenté le projet d'ordonnance lors du conseil des ministres du 3 juillet 2019. Ce texte réforme une ordonnance du 13 octobre 1945, qui a très peu évolué depuis lors (à l'exception d'un toilettage en 2011 pour cadrer avec la directive européenne "Services").

Le principal apport de l'ordonnance présentée au conseil des ministres est de remplacer l'actuel système d'autorisation administrative par un régime simplifié de déclaration préalable d'activité. La logique suivie est de remplacer les contrôles a priori par des contrôles a posteriori, "qui permettent de vérifier à tout moment le respect des règles de sécurité, du droit du travail et de la sécurité sociale, ou du droit de propriété intellectuelle".

 

Lien vers l'article complet

 

Source : Banque des territoires - Groupe Caisse des dépôts

NOS PARTENAIRES
  • 1
  • 2
  • 3

Plateforme d'information et d'orientation des bénévoles